Vous êtes ici : Accueil > Productions & techniques > Elevage > Santé animale

Santé animale

Les flux rss du siteImprimer la page

Le GDS46

  • Association loi 1901 composée de plusieurs membres actifs : éleveurs, vétérinaires, négociants. Groupement professionnel qui a pour rôle de contribuer par tous les moyens en son pouvoir à l'amélioration de l'état sanitaire de toutes les espèces d'animaux domestiques.
  • Création en 1955 pour aider au démarrage des prophylaxies TUB, F.A. (coup de main aux D.S.V).
  • Dans le Lot, en 1971 l'animation du G.D.S. est confiée à l'E.d.E, établissement rattaché à la Chambre d'Agriculture du Lot.
  • Gestion des maladies réglementées. Quelles que soient les espèces animales et les maladies.
  • TUB, Brucellose, F.A, E.S.B, Tremblante, Leucose.
  • Mise en place des différentes réformes de l'identification : 1979, 1995, 1998.
    Edition par délégation de la D.S.V des cartes sanitaires.
    Edition par convention avec l'E.d.E. des passeports.
  • Gestion et information des maladies non réglementées : VARRON, IBR, PARATUB, GALE, CAEV, SDRP.
  • Ouverture à de nouveaux services aux éleveurs : Désinfection.
Remonter en haut de la page

Responsables professionnels et Equipe administrative / technique

Remonter en haut de la page

Les missions du Groupement de Défense Sanitaire

Identification

Bovin bouclé

Voir la rubrique : Identification des animaux

Prophylaxie

Les maladies réglementées :
La réglementation distingue :
- les MRC : Maladies Réputées Contagieuses
- les MDO : Maladies à Déclaration Obligatoire

Maladies Réputées Contagieuses :
Il s'agit de maladies ayant un fort impact sur la santé publique, l'économie de l’élevage ou le commerce international. Pour ces affections, les services vétérinaires interviennent en cas de foyer. Les mesures prises sont destinées à assainir le foyer et bloquer l'extension de la maladie. Il s'agit de mesures de "police sanitaire".
Pour certaines MRC, en raison de leur extrême contagiosité, elles donnent lieu à la mise en place d'un plan d'urgence applicable dès la suspicion.
(Ex : Brucellose, fièvre aphteuse, leucose, tuberculose, FCO…)

Maladies à déclaration obligatoire :
Le classement d’une maladie en tant que maladie à déclaration obligatoire ne donne pas lieu à application de mesures de police sanitaire. L’inscription sur la liste de MDO se fonde donc
sur la nécessité de mettre en place un dispositif de veille épidémiologique, notamment pour certaines maladies MRC dans d’autres espèces ou certaines zoonoses, sur une obligation communautaire, notamment au titre de la directive 92/65 du conseil du 13 juillet 1992 qui fixe une liste de maladies à déclaration obligatoire sur le territoire communautaire ou de la directive 2003/99/CEE relative à la surveillance des zoonoses.
(Exemple : Chlamydophilose, Anaplasmose, Encéphalopathies spongiformes … Plus récemment Virus Schmallenberg)

Prophylaxies obligatoires :

Les mesures obligatoires pour la prophylaxie des maladies animales comportent :
- les dépistages périodiques pour maintenir les qualifications sanitaires
- la vaccination contre les maladies pour lesquelles cela a été rendu obligatoire
- pour les ruminants et les porcins la déclaration de tous les avortements dans le cadre de la surveillance de la brucellose
- les contrôles à l'introduction (achat, pension ou retour de pension,...) quel que soit l’âge de l’animal
- la surveillance des mortalités de ruminants et le dépistage des ESST en abattoir et à l'équarrissage.

En détail : tableau récapitulatif bovins

Tableau récapitulatif bovins
Les bovins :

Prophylaxie annuelle :
Font l'objet d'un dépistage obligatoire : tuberculose, brucellose, leucose, IBR, hypodermose (varron).
Les modalités de la tuberculination sont liées à la fréquence de la tuberculose dans le département concerné au cours des six années précédentes ainsi qu'aux pratiques de l'élevage et à son historique sanitaire.
Les prises de sang (brucellose, leucose, IBR, sondage varron) dépendent du type de production :
    - élevages laitiers qui livre en laiterie de manière continue : les analyses sont effectuées sur le lait de tank en mélange
    - élevages allaitants ou producteurs fermiers qui ne livrent pas en laiterie, il est nécessaire de faire réaliser des prises de sang annuelles sur les bovins âgés de 24 mois et plus.

Dans les élevages qui ont des bêtes positives vis-à-vis de l'IBR, les prises de sang sont obligatoires même si l'élevage livre du lait et concernent tous les animaux de 24 mois et plus non connus positifs. La vaccination de tous les animaux positifs vis-à-vis de l'IBR est obligatoire.

Visite sanitaire :
Visite d'évaluation des risques sanitaires prise en charge par la DDCSPP. Elle est obligatoire pour tous les détenteurs de bovins. Son rythme est biennal
Pour les élevages concernés, il est recommandé de profiter de la visite sanitaire pour réaliser cette année là, le Bilan Sanitaire d'Elevage qui permettra :
- au vétérinaire de rédiger les protocoles de prévention et de soins à mettre en oeuvre directement par l'éleveur pour les maladies auxquelles il est le plus fréquemment confronté sur l'exploitation,
- à l'éleveur d'utiliser en toute légalité les médicaments prescrits par le vétérinaire sans avoir à faire faire au vétérinaire une visite pour chaque animal malade.

Le formulaire qui est co-signé par le vétérinaire et l'éleveur, doit être archivé dans le registre d'élevage pendant 5 ans.

Les ovins :

Le rythme des prises de sang dépend de la situation vis-à-vis de la brucellose ovine et caprine au cours des 10 années précédentes dans le département ainsi que du type de production.
Pour les élevages qualifiés officiellement indemnes de brucellose, le nombre d'animaux à prélever est de 25 % avec un minimum de 50, plus tous les béliers et tous les animaux achetés en cours d'année :

 * sur le plan réglementaire, on entend par brebis une femelle âgée de 6 mois et plus.
Taille du troupeau Moins de 50 brebis * 50 à 200 brebis * 200 brebis et plus *
achats ou introductions de l'année Tous Tous Tous
mâles non castrés de plus de 6 mois Tous Tous Tous
femelles de plus de 6 mois Toutes 50 25 % des brebis
Les caprins :

Prises de sang annuelles sur tous les caprins de plus de 6 mois, ainsi que sur tous les caprins achetés depuis la dernière prophylaxie.

Les porcins :

Buvard ou prises de sang pour le dépistage de la maladie d'Aujeszky selon les règles suivantes :
- élevage naisseur ou naisseur engraisseur (hors sol ou plein air) : contrôle annuel de 15 porcins reproducteurs (ou tous les reproducteurs, si l’élevage en détient moins de 15)
- élevage sélection multiplication et tout élevage diffusant des porcs reproducteurs ou futurs reproducteurs : contrôle trimestriel de 15 animaux reproducteurs ou futurs reproducteurs (ou la totalité si l’élevage en détient moins de 15) ;

La tarification des actes de prophylaxie obligatoire n'est pas libre. Les tarifs sont fixés par une commission bipartite composée des représentants des usagers éleveurs (un représentant de la Chambre d'Agriculture et un représentant du GDS) et des vétérinaires (un représentant du Conseil Régional de l'Ordre Vétérinaire et un représentant d'un syndicat vétérinaire représentatif). La commission bipartite se réunit chaque année avant le début de la campagne sous l'égide du préfet représenté par le Directeur Départemental des Services Vétérinaires.

Gestion de l’IBR (Rhinotrachéïte Infectieuse Bovine)

L’IBR est géré par le STC (Schéma Territorial de Certification).

Le STC départemental regroupe le GDS, le GTV et les laboratoires d'analyses.

Il est habilité par l'ACERSA (Association de Certification de la Santé Animale), après audits, à délivrer les attestations « Indemne d'IBR » ou « Contrôlé en IBR » sur les ASDA (cartes vertes) des bovins.

Le GDS veille au respect du cahier des charges, informe des changements de statut des appellations, les autres membres du STC, programme les prophylaxies suivant l’appellation du cheptel, suspend, déqualifie ou requalifie.

Pour toutes demandes, la reprise de l’historique du cheptel est importante et sera traitée par l’ensemble des membres du STC.

Si vous souhaitez vous engager dans le schéma ou avoir simplement des informations sur votre statut, n’hésitez pas à contacter le GDS, en contactant Fanny ROQUES.

L’engagement IBR est un contrat VOLONTAIRE.

Voir :
    Absence de dépistage IBR pour des animaux destinés à l'abattoir ou en atelier d'engraissement bâtiment dérogataire
    Demande de dérogation de contrôle à l'introduction de bovins certifiés IBR

Apiculture

Abeille
Groupement de Défense Sanitaire Apicole

Président de l'association : Michel BETAILLE
(Tél. : 06 73 07 83 54)
Secrétaire de l'association : Guy DELPUECH

Secrétaires à votre service au sein de votre Chambre d'Agriculture :

. Sandrine MIQUEL
Saisie des déclarations de rucher

DECLARATION DE DETENTION ET D'EMPLACEMENT DE RUCHER

La déclaration de détention et d'emplacement de ruches se fait entre le 1er Janvier et le 31 décembre de l'année en cours, à la date de votre choix et une seule fois par an même si l'effectif de vos ruches augmente.

Rappels importants :

* le SIRET ou le NUMAGRIT sont obligatoires pour effectuer votre déclaration, quel que soit le mode de déclaration choisi (TéléRucher ou papier). Si vous ne disposez pas encore de l'un ou l'autre de ces numéros, voici comment les obtenir :

- pour le SIRET (vente de miel) : auprès du Centre de Formalités des Entreprises (CFE) de votre Chambre d'Agriculture (Tél. : 05.65.23.22.71),

- pour le NUMAGRIT (mais également votre n° d'apiculteur) : auprès de la D.D.C.S.P.P., Cabazat, 46000 CAHORS. Joindre une photocopie recto-verso de votre pièce d'identité (formulaire à télécharger).

* Aucune déclaration ne doit être transmise à la D.D.C.S.P.P.
 
Déclaration de détention et d'emplacement de rucher(s)
Formulaire de demande d'attribution d'un numaqrit

Site TéléRuchers, si vous avez reçu votre code d'activation.

Ateliers dérogataires

Les ateliers dérogatoires sont exempts de tout ou partie des tests obligatoires à l'introduction ainsi que des dépistages annuels de prophylaxie.

La dérogation s'obtient sur la base de la vérification, sur l'exploitation, par le vétérinaire sanitaire, des conditions d'hébergement des bovins d'engraissement, lesquels doivent être élevés à part du reste du troupeau. Le vétérinaire adresse ensuite le rapport de sa visite à la DDCSPP46, laquelle donne un avis favorable ou non à l'octroi de la dérogation. Une visite de maintien est réalisée chaque année par le vétérinaire sanitaire, validée par la DDCSPP46.

3 types d'ateliers dérogatoires sont reconnus :

- ateliers veaux de boucherie ;
- ateliers d'engraissement de taurillons en bâtiment ;
- ateliers d'engraissement de femelles à l'herbe.

Dans le cas particulier d'animaux transférés d'un atelier d'élevage vers un atelier d'engraissement dérogatoire d'une même exploitation, une déclaration officielle de changement d'atelier doit être réalisée ; les ASDA des bovins concernés doivent être transmis au GDS en même temps que le document de déclaration de changement d'atelier.

Edition des attestations sanitaires

Plans de maîtrise des maladies

 BOVINS
Maladies Objectifs du plan Aides du GDS
BVD
Maladie des muqueuses
. Dépistage systématique de l'ensemble du troupeau.
. Elimination rapide des IPI (Infecté Permanent Immunotolérant).
. Dépistage des veaux nés après la détection de l'IPI pendant un an.
. Conseil sur les moyens de lutte contre la maladie et évaluation des risques propres à l’élevage au cours d’une visite réalisée par le GDS et le vétérinaire.
Aide financière * : Prise en charge de 50% des frais d'analyses pendant un an après élimination du dernier IPI
Paratuberculose
. Dépistage systématique (des animaux de plus de 2 ans) pendant 3 ans au moins.
. Isolement et élimination des bovins positifs.
. Conseil sur les moyens de lutte contre la maladie, évaluation et maîtrise des risques de contamination de la descendance des malades au cours d’une visite d’élevage réalisée par le GDS et le vétérinaire.
Aide financière * : Prise en charge de 40% des frais d'analyses pendant 3 ans
Néosporose . Dépistage systématique des animaux de plus 7 mois la première année
. Contrôle annuel du renouvellement (7 à 12 mois et 24 à 36 mois)
. Conseil sur les moyens de lutte contre la maladie, évaluation et maîtrise des risques de contamination de la descendance au cours d’une visite d’élevage réalisée par le GDS et le vétérinaire.
Aide financière * : Prise en charge de 50% des frais d'analyses pendant 2 ans
 OVINS
Maladies Objectifs du plan Aides du GDS
Gale
Mise en place d'un protocole de traitement pour éradiquer la maladie lors d'une visite réalisée par le vétérinaire et le GDS. Aide financière * : 20% des frais de traitement Mise à disposition du personnel du GDS (30€/personne/jour)
Border Disease . Contrôler, en première année, une partie des animaux du cheptel, selon les préconisations du GDS et du vétérinaire.
. Poursuivre le dépistage annuel d’une partie des animaux de 6 à 18 mois jusqu’à ce que ces analyses soit négatives deux années successives.
. Faire réaliser les vaccinations, pendant toute la durée du plan, selon le protocole établi par le vétérinaire et le GDS.
. Isoler dès leur détection les IPI et les éliminer rapidement à l’abattoir.
. Conseil sur les moyens de lutte contre la maladie, évaluation et maîtrise des risques de contamination au cours d’une visite d’élevage réalisée par le GDS et le vétérinaire.
Aides financières : 50% des frais d'analyses réalisées pour le diagnostic de la maladie 50 % du coût du vaccin pour la 1ère injection. (Avec la participation financière de la CRSSA)

* : avec la participation financière du Conseil Général du Lot

Sur demande des éleveurs et/ou du vétérinaire, le GDS peut intervenir sur d'autres problématiques sanitaires (diarrhées des veaux, ...).

Introductions d'animaux

Les introductions :
Un examen vétérinaire sur tout bovin introduit est obligatoire. Toutefois, en fonction de l'âge de l'animal, de sa provenance, de l'usage qu'on compte en faire (engraissement ou reproduction) et des qualifications de son troupeau les analyses ne sont pas les mêmes.
L’IBR est obligatoire depuis avril 2006 sur tous les animaux introduits, quel que soit leur âge sauf dérogation (provenance d’un cheptel indemne d’IBR avec dérogation validée par le GDS, si transport direct).
Si le délai de transit dépasse les 6 jours (entre date de sortie de chez le vendeur et date d’introduction chez l’acheteur) alors il faudra dépister la brucellose et la tuberculose.
Les cartes vertes doivent obligatoirement accompagner les tubes vers le laboratoire et doivent être impérativement complétées (signées, datées et complétées au verso).
Toutes cartes vertes raturées ou délais dépassés sans avoir fait les contrôles obligatoires seront transmis aux services vétérinaires.

Pour les transhumances, vous pouvez demander un document au GDS qui précise le numéro des animaux partis en transhumance avec la date de départ et la date de retour probable (à 15 jours prés pas de modification à apporter, ex : déclaré en date retour 15 novembre si reviennent le 1er ou 30 novembre pas besoin de nous en informer). La déclaration est à envoyer 7 jours après la date de DEPART des animaux. Il faudra aussi compléter le numéro de l’exploitation de transhumance, sans laquelle le GDS ne pourra pas saisir les mouvements.

Attention : les transhumances ne sont pas des estives !!!

Important :
Le GDS réédite les nouvelles cartes vertes pour les animaux lorsque les deux conditions suivantes sont réunies :
- Les animaux ont été notifiés en entrée (achat, prêt, pension)
- La visite d’introduction a été effectuée et ne présente pas d'anomalie. Dans le cas où la visite est incomplète ou non conforme, il convient d'abord de procéder à sa régularisation.

Pensions-estives

Pensions-estives Mise en pension d'un bovin ou d'un lot de bovin Transhumance
collective - estive
Introduction temporaire d'animaux appartenant à un ou plusieurs cheptels.

Dans une exploitation détenant déjà des bovins.
Introduction temporaire d'animaux appartenant à un ou plusieurs cheptels.

Dans une exploitation sans bovin.
Regroupement de façon saisonnière et temporaire d'animaux provenant de plusieurs exploitations dans un lieu déclaré à l'EdE et à la DDT et avec un numéro de cheptel.
Documents à transmettre Notification à l'EdE dans les 7 jours :

- du mouvement à l'entrée : sortie du cheptel d'origine et entrée dans le cheptel d'accueil (édition de cartes vertes),

- du mouvement à la sortie : sortie du cheptel d'accueil et entrée dans le cheptel d'origine (édition de cartes vertes).
Notification à l'EdE dans les 7 jours.
Responsables des animauxPersonne ayant pris les animaux en pensionGestionnaire de l'estive
Règlement sanitaire A l'entrée : Si exploitation d'origine certifiée en IBR et transport direct : dérogation au contrôle à l'introduction.

Sinon, prise de sang quel que soit l'âge pour analyse IBR.

Au retour : Si exploitation d'accueil certifié indemne en IBR et transport direct : dérogation à l'introduction.

Sinon, prise de sang pour analyse IBR.
A l'entrée : Si exploitation d'origine certifiée en IBR et transport direct : dérogation au contrôle à l'introduction.

Sinon, prise de sang quel que soit l'âge pour analyse IBR.

Au retour : quelle que soit la certification de l'exploitation d'accueil, si transport direct : dérogation de contrôle à l'introduction.

Sinon, prise de sang pour analyse IBR.
Au départ : A jour de prophylaxie. Pas de bovins positifs sur estive.

Au retour : pas de contrôle si mélange avec des animaux certifiés en IBR.

Sinon, prise de sang et analyses de mélange IBR dans les 30 jours après le retour.

Démarche globale de prévention en élevage

GDS 46 : Un nouveau concept de prévention

Au-delà de ces actions déjà en place, le GDS souhaite développer une nouvelle méthode de travail, le but étant d'apporter des solutions durables aux éleveurs confrontés à des problématiques sanitaires à travers une démarche globale de prévention. Cette démarche a déjà été mise en place avec succès, depuis plusieurs années, dans d'autres départements.

Elle s’appuie sur quatre axes :

  1. l'appui technique (mise en place de recommandations et d'un suivi lors de visites d'élevage),
  2. le rassemblement des compétences des différents intervenants en élevage (vétérinaires, techniciens...),
  3. la formation continue des éleveurs (organisation de formations et de journées techniques),
  4. la communication (articles de presse, fiches techniques…).

L’objectif est à la fois d’améliorer la technicité des différents acteurs de l'élevage (éleveurs, techniciens, vétérinaires), de rassembler l'ensemble des compétences au service de l'éleveur et d'avancer ensemble dans une relation gagnant/gagnant. Un travail est engagé depuis le printemps avec les vétérinaires et les techniciens (Contrôle Laitier, Groupements de producteurs, Association d'éleveurs, Contrôle de performance, Coopératives) du département et les vétérinaires de la société 5MVet (spécialistes en audit d'élevage et formateurs).

Remonter en haut de la page

Services aux éleveurs

Douche

Désinsectisation des bâtiments : puces, mouches
Lutte contre les mouches

Traitement des parasites externes des ovins
Douche des brebis

Désinfection des bâtiments
Désinfection des bâtiments

Dératisation
Dératisation

Remonter en haut de la page

Formation

Depuis 4 ans, le GDS organise, en partenariat avec les cabinets vétérinaires et les organismes agricoles (Contrôle Laitier, EDE …), des formations techniques. Depuis le début, environ 500 éleveurs (bovin, ovin, caprin) ont participé à ces journées. Différentes thématiques ont été proposées : santé du jeune, alimentation et pathologie, reproduction de la vache allaitante, qualité des fourrages et santé animale, gestion du parasitisme en ovin, préparation à la mise en ovin, gestion des agneaux de 15j au sevrage, pathologies respiratoires et bâtiments en élevage ovin/caprin, ostéopathie, homéopathie, phytothérapie.

Programme des formations éleveurs ovins (15/11/2017)
Programme des formations éleveurs bovins (15/11/2017)

 

 

Actualités

Les dernières actualités Santé animale

A télécharger

✗ Fiches techniques
Fiches Mise en ligne
Brucellose 13/03/2012
Parasitisme 11/04/2012
ESB 11/04/2012
IBR 11/04/2012
Paratuberculose bovine 14/04/2014
Tuberculose 11/04/2012
BVD ou maladie des muqueuses 13/03/2012
Leucose 11/04/2012
Affections ombilicales 11/04/2012
Border desease 11/04/2012
Gale ovine 11/04/2012
Piétin 11/04/2012
Diarrhées néonatales 16/04/2013
Avortements Bovins 11/04/2012
Avortements Ovins 11/04/2012
Importance de la qualité du colostrum 30/05/2012
La maladie de schmallenberg 18/06/2012
FCO 19/06/2012
Pour un usage raisonné des insecticides dans la lutte anti-vectorielle (FCO) 26/10/2015
Néosporose 14/04/2014
Fièvre Q 14/04/2014
Améliorer la santé des agneaux 14/04/2014
Mesures de prévention, de surveillance, et de lutte contre l'IBR Arrêté du 31/05/2016

Contacts

CHAMBRE D'AGRICULTURE
DU LOT

Groupement de Défense Sanitaire du Lot
(GDS46)

430 avenue Jean Jaurès
CS60199
46004 CAHORS CEDEX 9

Tél. : 05 65 23 22 06
Fax : 05 65 23 22 76

Email : laurence.baldy@remove-this.dial.oleane.com

Nos partenaires

  • D.D.T
    Cité Administrative II
    120 rue des Carmes
    46009 CAHORS CEDEX
    Tél. : 05 65 20 43 43
  • D.D.C.S.P.P
    Cabazat
    46005 CAHORS CEDEX
    . Hygiène Alimentaire
    Tél. : 05 65 20 41 20
    . Santé Animale
    Tél. : 05 65 20 41 30
  • LABORATOIRE
    DEPARTEMENTAL
    D'ANALYSES
    B.P. 295 Regourd
    46005 CAHORS CEDEX 9
    Tél. : 05 65 53 30 00
  • SOPA
    Creste
    15150 CROS DE
    MONTVERT
    Tél. : 04 71 45 07 59