Actualité A la UNE

Les flux rss du siteImprimer la page

Zones défavorisée : Le Quercy Blanc réintégré mais la Vallée Dordogne ressortie !

La remise en cause de la carte "Zones défavorisées" (redéfinie au cours des derniers mois) qui pénaliserait plus de 140 exploitations du Quercy blanc est vécue comme l' abandon de la vocation agricole de tout un territoire.

Pourtant les réalités de terrain témoignent des handicaps réels que vivent au quotidiens ces agriculteurs : faible potentiel agronomique avec des rendements très nettement inférieurs à la moyenne nationale, pratiques agricoles rendues difficiles par l'étroitesse des parcelles, l’exiguïté des fonds de vallées et la faible profondeur des sols de plateaux. Autant d'arguments qui sont balayés alors que d'autres zones plus favorisées sur le territoire national sont intégrées à ce zonage.

  

   

     

Ce sentiment d'injustice mobilise les agriculteurs lotois et leurs syndicats  FDSEA et JA qui veulent croire à un sursaut de bon sens du Ministère et de la Commission Européenne. C'est dans ce but qu'ils ont engagé depuis plusieurs jours des actions de contestation soutenus par les élus du département, le Conseil Départemental et le Conseil Régional, exprimant ainsi leur détresse par rapport aux risques majeurs qui pèsent sur la pérennité économique de leur activité.

Les enjeux
  • Economiques :

Les soutiens communautaires réservés aux zones défavorisées se traduisent par des aides/ Ha et sont adressés aux éleveurs. Ils compensent une partie des handicaps subis par rapport aux zones dites « de plaine », avec pour objectif de préserver une activité agricole sur tous les territoires.

La suppression du classement « Zone défavorisée » coûterait 8 100€ en moyenne par exploitation soit plus de 1 million d'€ par an pour l'ensemble du Quercy Blanc. Un chiffre à rapprocher du niveau de revenu par exploitation qui est seulement de 10 à 15 000€ en moyenne !

Les jeunes agriculteurs seraient également impacté potentiellement sur leurs aides à l'installation de quelques 11 000 €.

Plus globalement ce sont l'ensemble des filières élevage de ce territoire qui en subiraient les conséquences directes avec un fort désengagement des agriculteurs de ce type d'activité, la non reprise d'exploitation et tous les effets co-latéraux qui ne manqueront pas d'impacter l'amont et l'aval de ces filières (lait, viande...)

  • Environnementaux et paysagers :

L'élevage dans le Quercy Blanc est l'"ACTIVITE" qui permet de valoriser, d'entretenir et d'occuper les espaces les plus fragiles contribuant ainsi à la richesse et à la diversité biologique de ce territoire. Sa disparition ainsi programmée serait un élément de rupture insurmontable pour ces communes rurales sur lesquelles l'agriculture constitue un facteur d'équilibre irremplaçable.

Les retours de la réunion ministérielle du 7 février

Lire le communiqué de presse de la FDSEA - JA du Lot : ZONES DÉFAVORISÉES Un scénario surprenant et désespérant… et le film n'est pas fini !